Jules Ward

(1829

- 1866)

 

Il écrit des œuvres musicales : "  Le Guy de Chêne ", malheureusement sans succès , un opéra "  le Diable au Village " , fréquente Emile GUIMET . Membre de l’ académie de Lyon , déçu par ses échecs sans se décourager il cherche à acquérir cette notoriété qui lui fait défaut parvient au grand théâtre de Lyon à faire jouer un opéra bouffe " Voici le Jour " . Il crée plusieurs ballets "  Les Néreides " , "  Graziella " .

 

  

 

 

 

 

Fils de l' anglais Edward John WARD   venu s'installer à Blanzat en Auvergne , dans la mouvance de la nouvelle ère industrielle , Jules apprend  le métier de  la mécanique qui a permis à son père de venir en France .Très inspiré par la musique , il se découvre une vocation de compositeur . Comment est il arrivé à Jujurieux ?Il ne fait aucun doute que son père amené à travailler en 1849 pour la manufacture BONNET en qualité de mécanicien chef se soit installé définitivement dans cette commune . La notoriété de Jules commence avec ses vingt printemps , le conduisant ça et là , grâce aux réceptions à la rencontre d’une société bourgeoise et de petits notables issues de la prospérité industrielle produite localement par la Fabrique de  C . J BONNET bien installés sur la commune.

 Il produit des pièces diverses : mélodies profanes ou musiques religieuses pour des choeurs . C’est un fin musicologue qui milite pour une ouverture plus importante de la musique vers un public plus large et la création d’écoles de musiques ..Il est élu membre de l’ Académie en 1863 mais vit très modestement à Jujurieux dans une maison au centre du village . Inventeur il dépose un brevet en 1866 d’un appareil destiné à la production industrielle du calorique au moyen de mélanges gazeux enflammés dans un foyer clos par étincelle électrique . Malheureusement il ne verra pas la réalisation de son procédé il meurt la même année . Il est enterré dans l'allée centrale du cimetière de Jujurieux

 

Retour à :  HISTOIRE LOCALE